À propos

Un échange bouleversant sur l'espérance et le pardon, entre le Pape et Edith Bruck, rescapée de l'Holocauste.

En clôture du Pain perdu, poignant récit qui relate son expérience de la déportation, Edith Bruck a inséré une « Lettre à Dieu », pleine de force et de doutes : « Et si Tu voyais tout, si Tu étais tout, yeux, oreilles, comment n'as-Tu pas vu notre épreuve ? » Touché par cette lettre, le pape François demande à la rencontrer.
Dès leur premier échange, une amitié très forte les lie. « C'est moi, François » : celui qui se présente par ces mots simples est remué par l'envergure humaine exceptionnelle d'Edith Bruck, et lui ouvre les bras.
De ce dialogue très émouvant entre le chef de l'Église catholique et une déportée juive athée émerge une méditation sensible à propos des tragédies passées et actuelles, en Ukraine en particulier. Le pape, hanté par la culpabilité de sa communauté quant à la Shoah, répète ces mots : « Pardon, Seigneur, au nom de l'humanité. »


Rayons : Religion & Esotérisme > Christianisme > Christianisme généralités > Faits de société / Actualité


  • Auteur(s)

    Edith Bruck

  • Éditeur

    Points

  • Distributeur

    Mds

  • Date de parution

    29/03/2024

  • Collection

    Points Sagesses

  • EAN

    9791041415229

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    128 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.9 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    90 g

  • Support principal

    Poche

Edith Bruck

  • Naissance : 3-5-1931
  • Age : 93 ans

Edith Bruck, née Steinschreiber, voit le jour le 3 mai 1931 à Tiszabercel en Hongrie. À sa déportation, elle consacre à partir de 1959 plusieurs récits et poèmes dans la langue italienne qu'elle a adoptée en choisissant de vivre à Rome, dès 1954. Journaliste, scénariste, documentariste, comédienne, cinéaste, dramaturge, elle a multiplié les activités, sans jamais renoncer à témoigner de son expérience et sans jamais recourir à la haine.

empty