Perles 2019

  • L'île

    Sigridur Hagalin Bjornsdottir

    • Gaia
    • 7 Février 2018

    Il arrive que se produisent des choses qui rassemblent l'humanité tout entière. En l'espace d'un instant, les êtres humains sont plus proches, et chacun se rappelle l'endroit où il se trouvait quand il a appris la nouvelle. Dans un fjord isolé d'Islande, un homme se souvient comment toute communication avec le monde extérieur fut soudain coupée, comment réagirent le gouvernement, les médias, la population. Nationalisme, repli sur soi, peurs ancestrales - y compris celle de la faim. Une montée en tension vertigineuse.

  • La belle ogresse

    Joëlle Pétillot

    • Chemins de traverse
    • 28 Février 2012

     Dans ce cabinet de psychologie atypique, une vieille dame vient se faire aider pour surmonter l'absence d'un chat fugueur, un jeune garçon trouve tout naturel de venir raconter les rêves de son père, une amazone amputée d'un sein déboule, guidée par un chauffeur de taxi tombé raide amoureux de son visage aperçu dans le rétroviseur... Les vies plus ou moins blessées s'entremêlent, et Louise, la belle et plantureuse secrétaire règne sur ce ballet de dits et de non-dits avec une arme redoutable contre l'angoisse des uns ou la supposée inaptitude au bonheur des autres : la gourmandise. Les odeurs de caramel et de vanille, d'orange et de chocolat interviennent de manière on ne peut plus terrienne pour l'apaisement. Et les deux psys, sensés prendre des notes d'un ton grave, en sont vite conscients. À travailler tels des sculpteurs cette pâte humaine de façon pour le moins inattendue, ils vont se trouver en situation d'exercer une discipline trop méconnue de leurs pairs : la psychologie épicurienne.

  • Poèmes en guerre ; 31 juillet 1914 - 9 novembre 1918

    Guillaume Apollinaire

    • Les presses du reel
    • 19 Octobre 2018

    L'ensemble des poèmes écrits par Apollinaire entre 1914 et 1918, réunis pour la première fois, méticuleusement retranscris d'après les « manuprimes », eux-mêmes reproduits en annexe.

    Des quelque trois cents poèmes écrits par Apollinaire entre la déclaration de guerre le 31 juillet 1914 et sa propre mort le 9 novembre 1918, seul environ un tiers fut publié de son vivant. Le reste n'a été révélé que tardivement, comme les Poèmes à Lou, ou a été dispersé dans des publications posthumes. Il manquait un ouvrage qui permette d'appréhender l'ensemble de cette création.
    En substituant aux rassemblements plus ou moins arbitraires une simple juxtaposition au jour le jour, les Poèmes en guerre déroulent une histoire quotidienne où chaque destinataire reprend sa place et son rôle dans le drame vécu par le poète. Ainsi apparaissent plus clairement, mais souvent entre les lignes et dans le non-dit, la détresse, l'angoisse de mort et les recours qui permettent au soldat de « tenir » : l'amour, les amitiés, la capacité de résilience grâce à l'écriture poétique, toujours prête à cueillir « le mystère en fleurs ». Celui qu'on a trop souvent dépeint comme un va-t-en guerre ne manque rien de la terrible réalité. Pontife et araignée, il tisse les liens qui le retiennent en haut et en bas, impuissants cependant à le détourner de son destin tragique.
    Claude Debon Professeur émérite à l'université de la Sorbonne Nouvelle, ancienne élève de l'ENS, spécialiste de l'oeuvre de Guillaume Apollinaire, Claude Debon lui a consacré plusieurs ouvrages, dont Claude Debon commente « Calligrammes » (Gallimard, 2004).

  • L'homme sensible

    Eric Paradisi

    • Anne carriere
    • 9 Mars 2018
  • Une nouvelle terre

    Dominique Bourg

    • Desclee de brouwer
    • 14 Mars 2018

    Une autre relation au monde est possible : une autre modernité ayant renoncé au mythe d'une croissance infinie.

    - Un constat de première main sur l'état de délabrement de la planète :
    Réchauffement climatique, océan de déchets, épuisement des ressources naturelles...
    - Un plaidoyer pour une nouvelle forme de spiritualité, entendue comme la relation que les sociétés entretiennent avec ce qui leur est extérieur (elle conduit donc au respect de la nature), et comme un modèle de réalisation de soi (elle conduit donc au respect de l'autre).
    - Grande notoriété du philosophe, très médiatisé, ancien vice-président de la Fondation Nicolas Hulot. (voir clip de l'auteur - 5 millions de visites sur Facebook, consultable sur Youtube :
    Https://www.youtube.com/watch?v=v4Z9sjVmj7c).

    Notre civilisation est si matérialiste qu'elle détruit paradoxalement les bases matérielles de notre vie commune, à commencer par les équilibres du climat et de la vie sur Terre, ceci dans une indifférence quasi générale. Comment rendre compte de notre capacité de destruction sans égale ?
    On tente de répondre à partir de l'époque qui nous échoit : celle de l'Anthropocène (qui marque les dommages introduits par l'homme dans l'environnement), celle aussi de l'envolée du numérique et d'un délitement de nos démocraties. Ce parcours permet de dégager les racines spirituelles de la violence que nous faisons subir à notre environnement.
    Or la spiritualité est une donnée fondamentale à toute société, où se rejoignent un dépassement de soi et un certain rapport à la nature. Affirmer ceci, c'est libérer l'esprit de sa fonction purement transformatrice, et l'ouvrir à une forme de contemplation. Le salut du monde est à ce prix.

  • Les frères Holt

    Marcia Davenport

    • Gallimard
    • 17 Septembre 1992

    Voici un roman au destin étrange dont la lecture, lors de sa première publication, il y a plus d'une trentaine d'années, marqua de manière indélébile une génération, chargée aujourd'hui de le ramener au jour par-delà le temps et l'oubli.

    Fondé sur un fait divers fameux de l'histoire américaine, il retrace le parcours croisé de deux frères de la bonne bourgeoisie new-yorkaise, Seymour et Randall Holt, le violent et le tendre, de leur enfance dorée à une jeunesse aventureuse qui les mène jusqu'en Italie du Nord et à Vienne. Périple qui s'interrompt prématurément et débouche sur une réunion forcée derrière les portes de la maison de famille, peu à peu transformée en cénotaphe hitchcockien.
    Dans ce lieu sombre et magique, véritable protagoniste du livre, s'accumulent de vieux pianos, des liasses de billets de banque, emblèmes dévalués d'une fortune jamais mise à profit, d'innombrables piles de vieux journaux, amassés dans l'attente d'une hypothétique lecture et qui finissent par occuper une pièce après l'autre, forçant les occupants dans un minuscule et terrifiant réduit, avant de décider de leur sort.

  • Artiste et modèle

    Carol Snow

    • Unes
    • 11 Janvier 2019

    De la peinture et du réel, lequel de ces deux mondes est le plus plat ? Et quelle est notre place, dans cet aller et retour entre le corps des images et notre propre corps, dans cet intervalle ? Carol Snow déplie les épaisseurs de notre présence aux choses, dans les impressions fugaces, les bruits du matin, les mouvements et l'attente. Nous sommes entourés d'objets immobiles. Et de tableaux, on croise Matisse, Picasso, Cézanne, Giotto, dans cette « mémoire récurrente » de l'art. Les douleurs et les destinées se mêlent, qui souffre ? Est-ce notre souffrance dessinée sur la toile, ou celle des personnages muets ? Est-ce notre histoire ou la leur ?
    Artiste et modèle sonde la réciprocité, la coïncidence du réel et de la peinture, qui projette ses formes et ses couleurs sur notre vision du réel. Nous sommes des spectres dans les rues, parmi nos semblables, aux carrefours, à la piscine municipale. Alors que les tableaux se reflètent sur les murs du jardin, en touches de lumière. On remonte et on déploie le temps à l'intérieur de l'art, on suspend les images comme du linge à sécher dehors. On appréhende la dérive de la réalité, au fond de nos corps, de nos corps exprimés des autres. La mort n'est pas dans la peinture, mais dans les mauvaises herbes en décomposition dans le jardin, et « ce qui frissonne, c'est notre reflet », dans la solitude des regards.

  • Le poids des secrets t.1 ; Tsubaki

    Aki Shimazaki

    • Actes sud
    • 2 Novembre 2005

    Dans une lettre laissée à sa fiIle après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, d'abord à Tokyo puis à Nagasaki. Elle reconstitue le puzzle d'une vie familiale marquée par les mensonges d'un père qui l'ont poussée à commettre un meurtre.
    Obéissant à une mécanique implacable qui mêle vie et Histoire, ce court premier roman marie le lourd parfum des camélias (tsubaki) à celui du cyanure. Sans céder au cynisme et avec un soupçon de bouddhisme, il rappelle douloureusement que nul n'échappe à son destin.

  • Mon désir le plus ardent

    Pete Fromm

    • Gallmeister
    • 5 Avril 2018

    Maddy s'était juré de ne jamais sortir avec un garçon du même âge qu'elle, encore moins avec un guide de rivière. Mais voilà Dalt, et il est parfait. À vingt ans, Maddy et Dalt s'embarquent dans une histoire d'amour qui durera toute leur vie. Mariés sur les berges de la Buffalo Fork, dans le Wyoming, devenus tous deux guides de pêche, ils vivent leur passion à cent à l'heure et fondent leur entreprise de rafting dans l'Oregon. Mais lorsque Maddy, frappée de vertiges, apprend qu'elle est enceinte et se voit en même temps diagnostiquer une sclérose en plaques, le couple se rend compte que l'aventure ne fait que commencer.
    Mon désir le plus ardent est le portrait d'un couple ancré dans le temps présent qui affronte avec courage et humour les épreuves de la vie. Avec sa voix pleine d'énergie, tout à la fois drôle et romantique, Pete Fromm nous offre une histoire d'amour inoubliable.

  • Sur la route du Danube

    Emmanuel Ruben

    • Rivages
    • 1 Juillet 2021

    Dans une chevauchée de l'Europe à vélo, le long du Danube et de ses paysages époustouflants, Emmanuel Ruben compose un portrait fort et sensible de la mosaïque européenne. À l'été 2017, en 48 jours, Emmanuel Ruben et son ami Vlad entreprennent de remonter le cours du fleuve depuis les rives de la mer Noire, en Ukraine, jusqu'à sa source dans la Forêt-Noire, en Allemagne. En chemin, c'est l'histoire complexe d'une Europe oubliée que les deux amis traversent. Et, dans les entrelacs des civilisations déchues et des ethnies décimées, affleurent les portraits poignants des hommes et des femmes croisés en route, le tableau vivant d'une Europe contemporaine.

  • Le coureur et son ombre

    Olivier Haralambon

    • Premier parallele
    • 11 Mai 2017

    « Le cyclisme, c'est le Tour de France, devant lequel vous ne cessez de vous ennuyer qu'en vous endormant. Rien de plus ennuyeux. Le cyclisme, c'est Poulidor, Richard Virenque et Lance Armstrong, c¸a sent le camphre et la chicore´e, les fautes de syntaxe et l'EPO.

    A` rebours de cette ide´e, j'aimerais ici embrasser la liste des enchantements par lesquels je suis passe´, a` ne fre´quenter que des cyclistes pendants des anne´es, a` ne vivre que comme eux, au point d'en e^tre devenu un, ad vitam. J'ai du^ me rendre a` l'e´vidence : les livres ne rendent pas plus malins, la course cycliste oui. La course cycliste a la vertu de vous de´tromper. Vous pensez sans doute que rien n'est plus simple, plus me´canique que pe´daler, et qu'une course de ve´lo c'est Les Temps Modernes version aseptise´e, clinique, sans Chaplin et sans la poe´sie. Vous ne soupc¸onnez pas qu'e^tre fort et rouler vite sont deux choses absolument diffe´rentes. Que la pe´dale se recouvre, se caresse, bien plus qu'on n'y appuie. Vous les croyez des brutes, ils sont de´licats comme des danseuses, subtils plus que bien des e´crivains, faute de quoi ils n'avanceraient pas. » Olivier Haralambon, e´crivain a` la puissance e´vocatrice exceptionnelle, philosophe et ancien coureur, offre ici un chant d'amour au cyclisme, dans la ligne´e des plus grands e´crivains sportifs, Antoine Blondin en te^te - des plus grands e´crivains tout court.

  • Seul dans Berlin

    Hans Fallada

    • Folio
    • 21 Mai 2015

    Mai 1940, Berlin fête la campagne de France. La ferveur nazie est au plus haut. Derrière la façade triomphale du Reich se cache un monde de misère et de terreur. Seul dans Berlin raconte le quotidien d'un immeuble modeste de la rue Jablonski. Persécuteurs et persécutés y cohabitent. C'est Frau Rosenthal, Juive, dénoncée et pillée par ses voisins. C'est Baldur Persicke, jeune recrue des SS qui terrorise sa famille. Ce sont les Quangel, désespérés d'avoir perdu leur fils au front, qui inondent la ville de tracts contre Hitler et déjouent la Gestapo avant de connaître une terrifiante descente aux enfers.
    Aucun roman n'a jamais décrit d'aussi près les conditions réelles de survie des citoyens allemands, juifs ou non, sous le IIIe Reich, avec un tel réalisme et une telle sincérité.

  • Le bleu du lac

    Jean Mattern

    • Sabine wespieser
    • 3 Mai 2018

    Quand un soir elle a remplacé au pied levé Pogorelich à Wigmore Hall, la salle de concert londonienne, celle qui allait devenir la grande pianiste Viviane Craig ne savait pas encore que sa gloire soudaine ne serait pas son défi le plus difficile à relever. Si sa vie tranquille de professeur de piano, mariée au directeur du service culturel de la BBC, a certes changé après ce succès inaugural, sa rencontre avec James, l'évidence avec laquelle elle a cédé au désir de ce charismatique critique musical, boxeur à ses heures, a profondément bouleversé son équilibre intime.
    Des années plus tard, alors que leur passion va grandissant, Viviane apprend, par un appel de son exécuteur testamentaire, le décès brutal de James. Sans mesurer le sens ni la portée de la requête posthume qu'il transmet, l'homme invite la pianiste, retirée depuis cinq ans déjà de la scène musicale, à jouer une dernière fois lors de la messe de funérailles.
    Pendant le long trajet en métro qui va la conduire de sa demeure de Wimbledon au quartier de Holborn, Viviane, elle-même stupéfaite d'avoir accepté sans réfléchir cette épreuve, laisse libre cours aux émotions qui l'assaillent. L'église choisie par James, minutieux ordonnateur de la cérémonie, est voisine de son appartement, refuge de leurs amours, de leurs conversations, des après-midi pendant lesquelles Viviane répétait ses concerts sur le Yamaha ou le Steinway dont elle se demande ce qu'il va bien advenir.
    L'angoisse de ne réussir à dissimuler son violent chagrin, voué lui aussi à la clandestinité, le ressac des souvenirs heureux, les confidences arrachées à l'homme secret qu'était James - et notamment les raisons de sa fascination pour le tableau de Cézanne représentant le lac d'Annecy, le bleu du lac - cohabitent, à mesure que défilent les stations de la Piccadilly line, en un fiévreux et hypnotique monologue intérieur.
    Beau chant d'adieu et bel hommage au pouvoir de la musique que ce nouveau roman, parfaitement maîtrisé, de Jean Mattern, subtil interprète du trouble amoureux et de la complexité des sentiments.

  • La malchimie

    Gisèle Bienne

    • Actes sud
    • 6 Mars 2019

    Récit d'un empoisonnement, «La malchimie» témoigne de l'affection d'une soeur ayant perdu son frère, ouvrier agricole mort de la nocivité des produits phytosanitaires qu'il a manipulés pendant des décennies sans protection, autant que de l'urgence à combattre le tout-chimique. Un récit emporté par la force incandescente d'une romancière qui a su bâtir de livre en livre un univers rare et complexe.

  • Siècle bleu t.1 ; au coeur du complot

    Jean-Pierre Goux

    • La mer salee
    • 8 Novembre 2018

    Le thriller d'une révolution bleue.
    L'organisation clandestine Gaïa est prête à tout pour sauver la planète et l'humanité. Ses membres multiplient les opérations spectaculaires et inquiètent les gouvernements des grandes puissances. Au même moment une lutte sans merci s'engage entre les Etats-Unis et la Chine pour mettre la main sur un nouvel eldorado, la lune. Washington décide de se servir d'Abel le leader de Gaïa comme bouc émissaire.

    Devenu l'ennemi public n°1, condamné comme éco-terroriste, Abel n'a pas d'autres choix que de découvrir la vérité. Vérité qui pourrait faire basculer le monde dans la sidération, l'apocalypse... Ou au contraire l'entrainer vers un tout autre futur, vers le Siècle Bleu.

    Complots, services secrets, mensonge d'état, chamanisme, conquête de l'espace, décryptage de codes, mais aussi espoir, utopie. Siècle bleu est un roman d'aventures, un thriller écologique visionnaire, l'épopée de héros et d'anti-héros qui nous tiennent en haleine du début à la fin. Une saga qui interroge notre époque et nos intentions pour le monde.

  • Siècle bleu t.2 ; ombres et lumières

    Jean-Pierre Goux

    • La mer salee
    • 8 Novembre 2018

    Traqué au coeur du pays navajo, Abel Valdés Villazon, le leader du groupe écologiste Gala, révèle un mensonge d'Etat effroyable et espère ainsi provoquer la chute du gouvernement américain. Mais ce secret dissimule un complot bien plus vaste qui implique Pékin et le milliardaire Cornelius Fox. La Maison Blanche, pour se défendre, lance toutes les forces du pays aux trousses de Gala tandis qu'une bombe atomique explose dans le désert du Nouveau-Mexique. Aidés par un mystérieux hacker et bénéficiant peu à peu du soutien de la population, Abel et sa femme Lucy se battent pour survivre et leur combat devient le symbole de l'opposition entre deux visions de l'Homme. La Révolution bleue se met en marche. Les rêves d'une poignée d'individus suffiront-ils à infléchir la marche d'un monde au bord de l'effondrement ? Mafias, raréfaction des ressources naturelles, paradis bancaires, hacking, machinations d'Etat, menace nucléaire, Ombres et Lumières nous plonge dans les arcanes les plus secrètes de notre société. Roman d'aventures, thriller écologique, et manifeste révolutionnaire, Ombres et Lumières, deuxième volet de la saga SIECLE BLEU questionne notre avenir et donne une fantastique leçon d'espoir.

  • La présence pure et autres textes

    Christian Bobin

    • Gallimard
    • 24 Janvier 2008

    S'il écrit peu de poèmes, formellement parlant, Christian Bobin est sans doute l'un des écrivains contemporains qui sait au plus juste mettre en oeuvre l'injonction d'habiter poétiquement le monde, injonction proférée jadis par Hölderlin. Avec lui, pas de faux-semblants, aucun réflexe de litttérateur, mais un engagement de l'être dans le temps même de la vie, et une parole qui a pouvoir de viatique.
    Les textes rassemblés dans ce volume ont tous ce supplément d'âme et de lumière qui, non seulement fait escorte, mais invente des routes imprévues, des clairières inespérées, sans jamais occulter les épreuves, les alarmes ni les deuils. « Je suis né dans un monde qui commençait à ne plus vouloir entendre parler de la mort et qui est aujourd'hui parvenu à ses fins, sans comprendre qu'il s'est du coup condamné à ne plus entendre parler de la grâce », écrit Christian Bobin dans La Présence pure. Et cette grâce qu'il préserve au bord de la mort comme sur le visage de l'amour, il s'en fait le guetteur, le sourcier, et il a comme personne les mots pour l'éveiller.

  • Le chagrin des vivants

    Anna Hope

    • Folio
    • 17 Août 2017

    Durant les cinq premiers jours de novembre 1920, l'Angleterre attend l'arrivée du Soldat inconnu, rapatrié depuis la France. Alors que le pays est en deuil et que tant d'hommes ont disparu, cette cérémonie d'hommage est bien plus qu'un simple symbole, elle recueille la peine d'une nation entière.
    À Londres, trois femmes vont vivre ces journées à leur manière. Evelyn, dont le fiancé a été tué et qui travaille au bureau des pensions de l'armée ; Ada, qui ne cesse d'apercevoir son fils pourtant tombé au front ; et Hettie, qui accompagne tous les soirs d'anciens soldats sur la piste du Hammer-smith Palais pour six pence la danse.
    Dans une ville peuplée d'hommes incapables de retrouver leur place au sein d'une société qui ne les comprend pas, rongés par les horreurs vécues, souvent mutiques, ces femmes cherchent l'équilibre entre la mémoire et la vie. Et lorsque les langues se délient, les coeurs s'apaisent.

  • Naissance de l'Odyssée

    Jean Giono

    • Grasset et fasquelle
    • 14 Novembre 2002

    En fait d'Odyssée, il semble que le retour d'Ulysse à Ithaque tienne davantage de l'école buissonnière et qu'il soit plutôt hâté par l'annonce de l'infidélité de Pénélope. Mais que dire lorsque l'on vous somme de justifier une absence de dix ans ? Peu de choses, suggère Giono, un mensonge... Ainsi naît l'Odyssée. Dans ces pages merveilleuses de poésie, Giono célèbre un monde où, à travers les dieux, l'homme et la nature entrent en communion profonde.

  • La guerre du feu

    J.-H. Rosny Aine

    • Folio
    • 13 Janvier 2011

    " Naoh aperçut, parmi des saules, une femme qui frappait l'une contre l'autre deux pierres. Des étincelles jaillissaient, presque continues, puis un petit point rouge dansa le long d'une herbe très fine et très sèche ; d'autres brins flambèrent, que la femme entretenait doucement de son souffle : le Feu se mit à dévorer des feuilles et des ramilles. Le fils du Léopard songea, pris d'un grand saisissement : "Les Hommes-sans-Epaules cachent le Feu dans des pierres !" ". Paru en 1911, La guerre du feu demeure le chef-d'oeuvre du roman préhistorique. En racontant l'épopée de Naoh et de ses compagnons, Rosny Aîné s'y fait poète inspiré plus que scientifique. Il nous offre une fresque collective inoubliable, portée à l'écran par Jean-Jacques Annaud.

  • Le chant des revenants

    Jesmyn Ward

    • Belfond
    • 7 Février 2019

    Dans le Mississippi, de nos jours.
    À treize ans, Jojo essaie de comprendre : ça veut dire quoi, être un homme ? Non pas qu'il manque de figures masculines, avec en premier chef son grand-père noir, Pop. Mais il ya les autres, plus durs à cerner : son père blanc, Michael, actuellement en détention ; son autre grand-père, Big Joseph, qui l'ignore ; et les souvenirs de Given, son oncle, mort alors qu'il n'était qu'un adolescent.
    Et Jojo a aussi du mal à cerner sa mère, Leonie, une femme fragile, en butte avec elle-même et avec les autres pour être la Noire qui a eu des enfants d'un Blanc. Leonie qui aimerait être une meilleure mère, mais qui a du mal à mettre les besoins de Jojo et de la petite Kayla au-dessus des siens, notamment quand il s'agit de trouver sa dose de crack. Leonie qui cherche dans la drogue les souvenirs de son frère.
    À l'annonce de la sortie de prison de Michael, Leonie embarque ses enfants et une copine dans la voiture, en route pour le pénitencier d'état. Là, dans ce lieu de perdition, il y a le fantôme d'un prisonnier, un garçon de treize ans qui transporte avec lui toute la sale histoire du Sud, et qui a beaucoup à apprendre à Jojo sur les pères, les fils, sur l'héritage, sur la violence, sur l'amour...

  • L'éclat dans l'abîme ; mémoires d'un autodafé

    Manuel Rivas

    • Folio
    • 4 Février 2010

    Le 19 août 1936, des centaines de livres sont brûlés à La Corogne par des militants de la Phalange - le parti fasciste espagnol.
    Mais les livres brûlent mal, on le sait, et du bûcher se détachent quelques pages qui dansent dans le vent... En poète, Manuel Rivas nous invite à suivre les vagabondages de ces bouts de papier. En romancier, il raconte les histoires qui s'y cachent. Un manuel d'électricité calciné évoque le boxeur Vicente Curtis, ancien révolutionnaire, condamné à traîner le cheval en bois des photographes ambulants.
    Une illustration renvoie aux aventures d'une lavandière qui, d'une rivière, voit surgir de mystérieux visages. Une page de garde porte encore l'ex-libris de la bibliothèque de Casarès Quiroga, le leader républicain qui fuira la Galice avec sa fille, la future Maria Casarès... Plus que le portrait d'une ville, Manuel Rivas nous offre un livre-monde dans lequel l'homme, à La Corogne comme ailleurs, se révèle capable du meilleur comme du pire.

  • L'entraide ; l'autre loi de la jungle

    ,

    • Les liens qui liberent
    • 10 Avril 2019

    Alors que nos sociétés libérales sont fondées sur des valeurs qui ne trouvent trop souvent du sens qu'à travers la compétition, Gauthier Chapelle et Pablo Servigne - l'auteur du succès de librairie «Comment tout peut s'effondrer» - commettent ici un ouvrage majeur. Au modèle de « la guerre de tous contre tous », ils proposent de substituer une vision du vivre-ensemble basée sur l'entraide. Car en balayant l'éventail du vivant - des bactéries aux sociétés humaines en passant par les plantes et les animaux -, il apparaît clairement que les organismes qui survivent le mieux aux conditions difficiles ne sont pas les plus forts, mais ceux qui s'entraident le plus...  Poche + : parce qu'un livre n'est jamais clos, mais toujours dans le mouvement du monde, L'entraide sera précédé d'une nouvelle préface inédite des auteurs. 

  • Larose

    Louise Erdrich

    • Albin michel
    • 17 Janvier 2018

    Dakota du Nord, 1999. Un vent glacial souffle sur la plaine et le ciel, d'un gris acier, recouvre les champs nus d'un linceul. Ici, des coutumes immémoriales marquent le passage des saisons, et c'est la chasse au cerf qui annonce l'entrée dans l'automne. Landreaux Iron, un Indien Ojibwé, est impatient d'honorer la tradition. Sûr de son coup, il vise et tire. Et tandis que l'animal continue de courir sous ses yeux, un enfant s'effondre. Dusty, le fils de son ami et voisin Peter Ravich, avait cinq ans.
    Ainsi débute le nouveau roman de Louise Erdrich, couronné par le National Book Critics Circle Award, qui vient clore de façon magistrale le cycle initié avec La Malédiction des colombes et Dans le silence du vent. L'auteur continue d'y explorer le poids du passé, de l'héritage culturel, et la notion de justice. Car pour réparer son geste, Landreaux choisira d'observer une ancienne coutume en vertu de laquelle il doit donner LaRose, son plus jeune fils, aux parents en deuil. Une terrible décision dont Louise Erdrich, mêlant passé et présent, imagine avec brio les multiples conséquences.

    « Un récit puissamment évocateur, d'une subtilité et d'une grâce magistrales . » Publishers Weekly

empty