Écologie

  • Un manifeste et un guide pratique pour comprendre la "désobéissance fertile", un mouvement qui prône trois principes clefs : - Vivre en nature : devenons gardien d'un territoire et prenons-en soin. - Repenser notre relation à la Nature : nous pouvons agrader notre environnement (arrêtons de penser notre action sur le vivant comme une nécessaire dégradation) - Aller à l'encontre, si nécessaire, des lois écocides : les lois ne nous protègent plus, et pire, elles encadrent la destruction de notre environnement : il est temps d'aller contre elles !

  • Bergère

    Florence Debove

    • Transboreal
    • 22 Avril 2021

    Florence Debove a, à de multiples reprises, séjourné en estive dans les Pyrénées avec ses moutons et ses chiens. Isolement, orages, ours, mais aussi échanges avec ses voisins bergers, voire avec les randonneurs, sont de la partie.

  • L'homme est un accident

    ,

    • Belin
    • 5 Mai 2021

    Enki Bilal pense que l'Homme est un accident tragique dans l'histoire de la Terre, que la destruction écologique est inévitable et, avec elle, l'extinction de notre espèce. C'est cette angoisse que l'artiste a su transformer, magnifier pour créer un univers foisonnant et déglingué qui a marqué des générations entières et dont l'aura ne faiblit pas. Ni biographie empathique, ni tentative d'explication de ses oeuvres, L'Homme est un accident révèle un Enki Bilal que l'on ne connaissait pas.
    Non plus seulement artiste de l'imaginaire qui a fait du futur le combustible de sa créativité, mais le lanceur d'alerte concerné par les problèmes de son temps. Pourquoi le progrès technologique s'avère-t-il aussi synonyme de régression intellectuelle ? L'homme est-il mauvais par nature ? Y-a-t-il quand même lieu d'espérer ? Que léguer aux générations futures ? ... Aiguillonné par Adrien Rivierre, spécialiste de la mise en récit, l'artiste s'exprime avec beaucoup de liberté et de sincérité.
    Il confie sa quête personnelle de sens, l'importance qu'il accorde au doute et à la dérision, sa tentative pour tendre vers un état de sagesse. Peu importe que l'on soit d'accord, ses propos férocement lucides, font mouche, ils entrent en résonance avec nos propres angoisses. Loin de toute résignation, ce livre est un appel à sortir de notre sommeil de funambules.

  • Passages délicats : penser et panser le territoire

    Pierre Leroy

    • Actes sud
    • 1 Septembre 2021

    Pierre Leroy, maire de Puy-Saint-André, petite commune aux portes de Briançon (Hautes-Alpes) raconte son expérience pour avoir accompagné sa commune sur la voie de la transition écologique. son exemple est désormais repris dans tout le pays.

  • Le 8 juillet prochain, Edgar Morin, héros de la Résistance et penseur célébré dans le monde entier, fêtera ses cent ans. Afin de prendre à contrepied l'effet "monument" et "statue dévitalisée", le sociologue Alfredo Pena-Vega a coordonné un  aéropage de penseurs du monde entier, parmi lesquels Audrey Azoulay, Antonio Guterres, Gilles Boeuf, Patrick Chamoiseau, Mireille Delmas-Marty, Michel Cassé?... pour la rédaction de cet ouvrage qui revient sur un des concepts phares d'Edgar Morin, la "Terre-patrie", publié initialement en 1993. Exercice stimulant, décalé et parfois drôle de rétro-futur, l'ouvrage éclaire l'aspect visionnaire de la pensée d'Edgar Morin qui ne cesse de rappeler que le futur n'est pas qu'une pure incertitude et qu'on doit le préparer, l'anticiper pour mieux l'affronter.

  • Dans l'oeil du crocodile : l'humanité comme proie

    Val Plumwood

    • Wildproject
    • 10 Septembre 2021

    En février 1985, Val Plumwood survécut à une attaque de crocodile dans le parc national de Kakadu, en Australie.
    Après avoir longuement réfléchi à cette expérience, elle écrivit un texte. Loin d'être un simple récit d'aventure, celui-ci s'interroge sur le sens de nos vies et aborde des problèmes philosophiques cruciaux pour notre époque.
    Inspiré par les récits mythologiques des Aborigènes australiens et des Egyptiens de l'Antiquité, Val percevait le crocodile comme un trickster, une créature permettant de juger le comportement des êtres humains dévoyés.
    Suivant une métaphore biblique, on pourrait dire que le crocodile juge sévèrement la prétention des êtres humains à dominer un monde malléable.

  • Entre le 16e et le 17e siècle, l'image d'une Terre organique, féminine, et vivante fait place à une nouvelle vision du monde dans laquelle la nature est reconceptualisée comme une machine morte et passive, autorisant ainsi sa spoliation sans limite aux mains de l'homme.
    Dans La Mort de la nature, Carolyn Merchant montre que ce changement de paradigme aurait justifié non seulement la domination de la Terre, mais aussi la création d'un système socio- économique dans lequel les femmes, depuis toujours associées à l'image de la Nature, seront subjuguées aux hommes.
    Ce livre, qui est un des premiers à explorer la Révolution Scientifique du point de vue du féminisme et de l'écologie, traite des changements économiques, culturels et scientifiques à l'origine du monde moderne et de la crise écologique qui menace sa survie.

  • D'un monde à l'autre : le temps des consciences

    ,

    • Librairie generale francaise
    • 1 Septembre 2021

    « Nous ne traversons pas un moment de crise anodin, nous vivons un moment décisif pour l'avenir de l'humanité. Comment s'extraire d'une dynamique qui nous échappe et d'un système qui nous conduit dans une impasse ? Nous avons chacun éprouvé combien les résistances au changement sont grandes. Pourtant, comme tant d'autres, nous refusons de nous résigner.
    Un autre monde est à notre portée. Un monde fondé sur l'humilité, la sobriété et le partage. Un monde plus équitable, plus fraternel, davantage relié à la Terre. Ce monde n'est pas une utopie. Nous pouvons tous contribuer à le faire advenir. Mais cela ne sera possible que par une révolution des consciences. C'est à cette conversion de notre esprit et de nos modes de vie qu'aimerait contribuer modestement ce livre, fruit du partage de nos réflexions et de nos expériences.
    N.H. et F.L.
    Nicolas Hulot et Frédéric Lenoir, forts de leurs parcours riches et singuliers, apportent ici un éclairage personnel, pratique et spirituel sur les enjeux majeurs qui nous concernent tous.

  • Pourquoi les paysans vont sauver le monde

    Sylvie Brunel

    • Harpercollins
    • 3 Mars 2021

    Les oubliés de nos assiettes.
    Ils nous nourrissent, et pourtant nous les maltraitons.Ils ont toutes les solutions pour répondre aux défis du développement durable, changement climatique, biodiversité, transition énergétique... Ils reverdissent la terre. La troisième révolution agricole a commencé dans les campagnes. Partout naît une agriculture de précision, de plus en plus propre, de plus en plus écologique.Alors pourquoi opposer les modèles au lieu de les associer  ? Pourquoi vouloir revenir à un passé où l'insécurité alimentaire était la norme ?
    Les paysans sauvent le monde. À nous de tout mettre en oeuvre pour les sauver.

  • Agir pour le vivant #1

    Collectif

    • Actes sud
    • 18 Août 2021

    La crise intellectuelle, morale, sociale, politique et écologique exacerbée par la pandémie de Covid-19 a renforcé notre conviction de l'urgence à faire vivre l'action pour le vivant et à rendre compte que d'autres voies sont possibles. En août 2020, Arles a accueilli pour la première édition de cet événement plus d'une centaine de scientifiques, artistes, romanciers, philosophes, économistes, militants, politiques pour réfléchir, débattre, exposer et imaginer ensemble, durant toute une semaine, les solutions pour accompagner la transition qui doit advenir. Julie Pasquet et Tanguy Descamps, deux étudiants engagés à la pointe des luttes pour l'environnement, introduisent l'ouvrage et extraient les meilleurs moments de plus de cinquante heures de débats passionnés. Pour témoigner de la richesse des échanges, six acteurs privilégiés nous font part à leur tour de leurs enthousiasmes, de leurs émotions et de leurs rencontres. Anne-Sophie Novel, Lionel Astruc, Aude Massiot, Lionel Bordeaux, William Suerinck et Sophie Marino-poulos ont chacun animé une journée sur des thématiques aussi variées que :
    - Pour une nouvelle alliance entre humanité et biodiversité - La médecine du vivant - Pour une économie régénérarive - Pour un nouvel État providence - Nourrir la planète, soigner les hommes - La création au coeur de l'action

  • « Participer à l'évolution du lieu, c'est notamment prendre soin du paysage afin que tous ses différents composants - bois, bosquets, haies, vergers, prairies, zones humides, terres cultivées, serres, bâtiments - soient à leur place, acteurs complémentaires. C'est aussi être réellement éleveur, dans le sens d'aider les animaux à s'élever, à s'individualiser et devenir ce qu'ils peuvent être totalement, chacun avec sa personnalité, de plus en plus proches dans ce qu'ils sont, de l'être humain. C'est là le message que j'ai reçu : la nature est demandeuse. Elle souhaite le concours de l'homme. » À la faveur du premier confinement, s'éloignant de son quotidien parisien, Carole Babin-Chevaye se retrouve à partager cueillette, sarclage et binage avec Didier de la Porte, à la Ferme du Château, en Normandie. Elle chemine alors avec une autre façon de cultiver. Ingénieur agronome de formation, maraîcher bio, permaculteur, éleveur, apiculteur naturel, météorologue, astronome (entre autres !), Didier de la Porte lui confie, au fil des jours, quarante années d'observations et d'expérimentations étonnantes au coeur du vivant. D'un pacte passé avec les renards à la méditation que lui proposent ses vaches, du lien établi entre crête des coqs et harmonie de leur chant aux processus complets inspirés de la biodynamie à une présence consciente aux lieux et au cosmos, il nous transmet la joie qui est la sienne au quotidien, ses choix de faire alliance avec le vivant, mais aussi un sens accru de la responsabilité qui nous incombe. Ce dialogue met en évidence des passerelles, comme des questionnements entre deux approches d'une écologie profonde

  • Notre ami l'atome

    ,

    • Gallimard
    • 20 Mai 2021

    Partout sur la terre de Fukushima, à deux pas des habitations, parfois cachés par un simple rideau d'arbres, de grands sacs noirs s'entassent, remplis de déchets radioactifs - branches, herbes, fleurs, poussière... -, montrant au voyageur stupéfait une image tangible de ce qu'on pourrait appeler la poubellification du monde, ou l'avenir programmé de notre planète. Plus loin, des milliers de réservoirs bleus, de réservoirs blancs, de réservoirs gris : aujourd'hui, et pour des dizaines d'années encore, on refroidit en permanence la centrale en l'aspergeant d'eau. Au contact des réacteurs, l'eau utilisée devient immédiatement radioactive : des centaines de cuves stockent plus d'un million de tonnes d'eau contaminée. Chaque année, le paysage s'obstrue davantage et l'espace de stockage arrivera à saturation en 2022.
    Pour résoudre le problème, ou plutôt l'évacuer, des experts commissionnés par le gouvernement recommandent purement et simplement de les vider dans la mer.

    Notre ami l'atome est la transposition de trois films écrits par Michaël Ferrier et réalisés par Kenichi Watanabe : Le Monde après Fukushima, 2013, Terres nucléaires, une histoire du plutonium, 2015, Notre ami l'atome, 2020.

  • La forêt française : une histoire politique

    Daniel Perron

    • Editions de l'aube
    • 3 Juin 2021

    Très populaire dans l'opinion, la forêt française est aujourd'hui objet de nombreuses inquiétudes. Si elle est en réalité beaucoup plus présente sur notre territoire qu'au début du XXe siècle, elle n'en demeure pas moins soumise à une attention nouvelle qui rend sa gestion politique difficile à l'heure du réchauffement climatique et du changement de regard sur la Nature. La crise traversée par l'Office National des Forêts (ONF) et les difficultés de l'État a définir une vision de notre avenir forestier sont les symptômes d'une forme d'incapacité de notre temps à penser le temps long, nécessaire au soin de la Nature.
    Pourtant, le défi climatique du XXIe siècle impose une révision de notre regard collectif sur la forêt qui redevient un enjeu de première importance dans notre société.

  • 50 ans, 50 affaires qui ont construit le droit de l'environnement en France.

  • Comment tenir un discours raisonné, progressiste et humaniste sur le climat et l'environnement sans être écrasé par le fanatisme vert ? Le Dr Laurent Alexandre met en garde : la dérive collapsologique pourrait aujourd'hui nous faire perdre la guerre technologique. À force de refuser l'innovation, nous prenons le risque de sortir de l'Histoire face à la Chine et aux géants américains. La France doit faire de nouveau confiance au progrès. C'est bien à la jeunesse qu'il revient de réaliser cela, sans céder à l'alarmisme qui conduirait à la violence politique. Nous ne sommes pas à la veille de la fin du monde, l'aventure humaine ne fait que commencer !

  • L'écologie du XXIe siècle

    ,

    • Points
    • 9 Septembre 2021

    La grande affaire du xxie siècle sera l'écologie : comment, face à une dégradation de la biosphère jamais observée dans l'histoire, allons-nous empêcher le désastre et refaire une société juste et pacifiée ? Ceux qui tiennent aujourd'hui les manettes de la société n'ont pas la réponse à cette question cruciale. Mais une nouvelle génération arrive aux commandes et donne le ton de ce que seront les décennies à venir.

    Ces femmes et ces hommes ont tous moins de 45 ans. Nous leur avons demandé comment elles et ils étaient arrivés à l'écologie, quelle était leur vision du monde et comment, au quotidien, changer la vie. Ensemble, ils dessinent un nouveau monde, où la nature, la justice sociale, le bien commun, la sobriété, la technique retrouvent leur juste place.

    Collectif de l'équipe de Reporterre présenté par Hervé Kempf. Avec les contributions de Matthieu Amiech, Angélique Huguin, Jade Lindgaard, Corinne Morel Darleux, Claire Nouvian, Fatima Ouassak, Jon Palais, Alessandro Pignocchi, Pierre Rigaux, Juliette Rousseau, François Ruffin et Pablo Servigne.

  • Ce livre est le récit de l'aventure extraordinaire qui a conduit Pierre Rabhi, au début des années quatre-vingt, à la rencontre du Burkina Faso, où il a enseigné ses méthodes d'agroécologie auprès des paysans les plus pauvres.
    Cette expérience lui a permis de mettre en regard la désertification des sols et celle de l'âme. Il appelle à une évolution des consciences pour que l'être prenne le pas sur l'avoir. Les pénuries et les famines ne peuvent être une fatalité alors que notre planète recèle de quoi satisfaire les besoins de l'ensemble de l'humanité.
    Véritable hymne à la vie et à la terre-mère, L'offrande au crépuscule a reçu le prix des Sciences sociales agricoles du ministère de l'Agriculture en 1989.
    « L'avenir est plus que jamais au respect du vivant, avec un humanisme construit sur la solidarité des êtres humains. »

  • Une vie sur notre planète

    Attenborough David

    • Flammarion
    • 12 Mai 2021

    La véritable tragédie de notre époque se déroule sous nos yeux, à l'échelle de la planète tout entière : la disparition de notre milieu naturel. Notre mode de vie actuel précipite la biodiversité vers un déclin certain, et cela s'est produit au cours de ma seule existence. De même qu'après Tchernobyl la ville ultramoderne de Prypiat est devenue inhabitable et fut désertée en l'espace de quarante-huit heures, il ne sera plus possible de vivre sur notre planète si nous épuisons ses écosystèmes.

    « Voici mon témoignage et ma vision de l'avenir. Comment nous en sommes arrivés là et comment, si l'on agit maintenant, il est encore temps de sauver la vie sur Terre. » D.A.

  • Penser le vivant

    Collectif

    • Les liens qui liberent
    • 2 Juin 2021

    La transition écologique, qu'appellent de tous leurs voeux de nombreuses figures publiques, s'impose dans la discussion collective. Cet ensemble d'entretiens, rencontres, débats, analyses littéraires et odes à la vie permet de transformer notre rapport à la nature. Qu'ils soient agroécologistes, ethnologues, journalistes, philosophes, auteurs, écoculteurs, gestionnaires de forêt, ingénieurs..., ou un peu de tout ça à la fois, chacun raconte l'interdépendance entre les espèces et dit l'espoir de la connexion au vivant. Ce corpus lumineux, aux tons très différents - il en faut pour tous les goûts, répare les angoisses et le lien rompu avec la nature.

    La modernité a transformé la nature en objet de domination et a défait les liens émotionnels et merveilleux qu'entretenaient avec elle les Occidentaux. Mais aujourd'hui, face aux crises liées à la destruction des écosystèmes, il semble urgent de renouer ces liens et de modifier notre rapport au vivant. Dans une discussion polyphonique mêlant des voix bien connues, la nature étire ses branches pour s'imposer non plus comme l'altérité mais comme un tout dont les hommes et les femmes font partie. Le message est multiple et puissant : nous devons apprendre à vivre en harmonie avec notre environnement, nous insérer dans le cycle du vivant, arrêter de nous surestimer, réapprendre à réparent entraider, semer le trouble, nous inspirer de la nature et repenser nos structures politiques. Interrogés ou racontés, ces penseurs-chercheurs du vivant avec leurs différentes sensibilités les angoisses et le lien rompu avec la nature.

    Glenn Albrecht, Étienne Bimbenet, Lionel Daudet, Philippe Descola, Marc Dufumier, Vinciane Despret, Dian Fossey, Jean-Baptiste Fressoz, Yuval Noah Harari, Donna Haraway, Éric Karsenti, Alexandre Lacroix, Bruno Latour, Erri de Luca, Virginie Maris, Baptiste Morizot, Corine Pelluchon, James Scott, Pablo Servigne, Vandana Shiva, Anna Tsing, Frans de Waal.

  • Pour la première fois dans l'histoire de la Terre, les êtres humains sont devenus la principale cause de changement sur la planète, surpassant les forces géophysiques. De nombreux chercheurs estiment que nous sommes ainsi entrés dans une ère géologique nouvelle : l'âge des humains ou anthropocène.
    Changements climatiques, érosion de la biodiversité, évolution démographique, urbanisation, pollution atmosphérique, détérioration des sols, catastrophes naturelles, accidents industriels, mais également mobilisations sociales et sommets internationaux : pour la première fois, un atlas réunit l'ensemble des données sur la crise écologique qui caractérise notre époque.
    Pour agir et renverser la tendance.

  • KAIZEN ; numéro special : océans

    Kaizen

    • Kaizen
    • 27 Juillet 2021

    Premiers producteurs d'oxygène, les océans recouvrent 71% de la surface du globe. Puits de carbone, ils captent également près d'un quart des émissions de gaz à effet de serre de la planète et limitent ainsi le réchauffement climatique. Pourtant, l'alerte bleue est générale. Étouffés par la pollution, la surpêche, l'extraction d'hydrocarbures, nos océans se réchauffent, s'acidifient, entraînant le déclin d'une biodiversité aquatique exceptionnelle. Repenser notre rapport aux océans est donc vital, car sauver les océans, c'est nous sauver nous-mêmes.

  • En transition douce vers la décroissance

    Alexandre Leroux

    • Eugen ulmer
    • 9 Septembre 2021

    Revenir à l'essentiel, se libérer du superflu, consommer moins, ne plus se créer de besoins fictifs... Alexandre Leroux offre un témoignage inspirant et sincère pour une transition douce vers un monde sain et durable.

    "En 2015, j'étais graphiste en CDI à temps plein pour une multinationale où je me rendais en voiture, je mangeais de la viande tous les jours et je vivais en colocation dans un appartement en ville. Aujourd'hui, 5 ans plus tard, je travaille à mi-temps pour une ferme en maraîchage bio, je vis dans ma tiny house, le vélo est mon moyen de transport principal et je suis végétarien. Mon mode de vie a complètement changé et, dans l'ensemble, cela s'est fait de façon très enthousiasmante." Comme un guide de développement personnel, Alexandre donne de nombreux conseils pratiques pour y arriver.

  • Apprendre à ralentir : plaidoyer pour un monde apaisé

    Blaise Leclerc

    • Terre vivante
    • 31 Août 2021

    L'éloge de la lenteur et de ses bienfaits, pour l'homme comme pour la planète !
    - Un petit livre bien documenté nous encourageant à ralentir avant d'y être contraints pour notre propre bien-être et pour limiter les conséquences désastreuses de notre mode de vie sur la planète (pillage des ressources non-renouvelables, réchauffement climatique, pollutions, détérioration des écosystèmes...) - Une invitation à prendre du recul face au mythe de la croissance continue et à réviser nos indicateurs de richesse.
    - Un appel à s'extirper du tourbillon de la consommation et de la vitesse, à s'extraire du rythme infernal qui dirige nos existences, à rompre avec le stress, le surmenage et l'aliénation au travail.
    - Un éloge de la lenteur et de ses bienfaits nous incitant à modifier notre perception du temps, à concevoir qu'il n'est pas illimité et qu'il est urgent d'apprendre enfin à prendre du temps pour soi et pour les autres, en toute sérénité.
    - L'occasion de calculer notre empreinte carbone pour prendre concrètement conscience de notre impact sur l'environnement.
    - Des pistes d'action pratiques quant à nos modes de déplacement, notre fausse dépendance aux machines, notre alimentation, notre vie professionnelle, nos loisirs... à adapter et à mettre en place pour tendre vers une vie plus sobre, juste et durable.
    - Au fil des pages, le témoignage de l'auteur, mais aussi les retours d'expériences de six personnes (d'âges et profils variés) illustrant les multiples facettes et moyens de ralentir.
    - Diverses citations, encadrés, schémas et photos ponctuent le récit pour une lecture dynamique.

  • Vols au crépuscule

    Helen Macdonald

    • Gallimard
    • 8 Avril 2021

    Vols au crépuscule se présente comme un recueil d'essais entre souvenirs personnels, pensées intimes et descriptions naturalistes de la faune et de la flore. Dans une prose poétique et délicate, mais aussi souvent drôle et espiègle, Helen Macdonald traite d'une grande variété de sujets, de la migration des oiseaux au-dessus des gratte-ciel de New York à sa rencontre inattendue avec un sanglier, en passant par l'étude de la vie nocturne d'une forêt anglaise et le souvenir encore vif d'un terrain vague de son enfance et de l'écosystème fascinant qui s'y déployait. Prenant pour appui la vie sauvage, elle analyse le rapport entre la captivité et la liberté, la nature et le sacré, l'immigration humaine et les migrations aviaires. Elle nous invite également à partager ses plus inoubliables expériences : observer les nids, partir sur les traces d'oiseaux rares, contempler la beauté d'une éclipse totale...
    Pétris d'un profond engagement écologiste, ces essais témoignent aussi d'une méditation plus large sur la mémoire, l'amour, la perte, l'espoir et la façon dont nous tâchons de trouver un sens au monde qui nous entoure. Dotée d'une écriture précise et lumineuse, Helen Macdonald parvient à transmettre avec passion son goût pour l'observation, nous offrant un livre généreux, captivant et fondamental.

empty